La FAO se prononce en faveur de la valorisation des insectes

L’horizon 2050 prévoie une augmentation constante de la population mondiale jusqu’aux 9 milliards de personnes, une augmentation de la production alimentaire humaine et animale et une grave pression sur l’environnement. Sont prévus : des pénuries des terres agricoles, d’eau, des forêts, de la pêche, des ressources de la biodiversité, des nutriments et des énergies non-renouvelables.

Les insectes comestibles contiennent des protéines de haute qualité, des vitamines et des acides aminés pour les humains et ont un indice intéressant. Par exemple les grillons ont besoin de six fois moins de nourriture que les bovins, quatre fois moins que les moutons et deux fois moins que les porcs et les poulets pour produire la même quantité de protéines. En outre, ils émettent moins de gaz à effet de serre et d’ammoniac que l’élevage conventionnel. Les insectes peuvent être cultivés en utilisant des déchets organiques. Par conséquence, les insectes sont une source potentielle pour la production conventionnelle de la protéine, soit à la consommation humaine directe, soit indirectement dans les aliments reconstitués (avec la protéine extraite des insectes) ; et comme une source de protéines dans l’alimentation des animaux.

D’après la FAO, ce sont près de 2,5 milliards d’humains qui mangent régulièrement des insectes dans le monde. Cette consommation, appelée entomophagie, est essentiellement développée dans certaines parties du Monde (Afrique, Australie et Amérique du Sud), où elle peut faire partie de la culture alimentaire traditionnelle.

En Europe, l’idée de développer une production industrielle d’insectes comestibles fait son chemin depuis 2013. Il n’existe pas de données précises sur la consommation d’insectes en France, qui est très certainement marginale. Toutefois notre consommation involontaire annuelle de fragments d’insectes est de 500g à 1 kg, notamment dans les produits fabriqués à base de farine (pain, pâtes, biscuits, etc…).

http://www.insectes-food.com/